The Ethics of Entrepreneurship and Profit – Ludwig von Mises Institute Canada

Source: mises.ca

The Ethics of Entrepreneurship and Profit – Ludwig von Mises Institute Canada
“Complications in this fundamentally clear ethical landscape would arise only from the presence of a State ?”

Advertisements

Recentrez-vous sur votre cœur de métier et transposez vos expertises plutôt que de subir une logique de clonage !

L’Executive Business Accelerator lance un programme de transition pour cadres et dirigeants en reconversion.

Une réponse à des attentes bien ciblées

Créé l’initiative d’entrepreneurs-investisseurs de l’Harvard Business School et de Grands Ecoles, l’Executive Business Accelerator est un accélérateur d’accompagnement de cadres et de dirigeants voulant créer, reprendre ou intégrer une startup ou une entreprise de croissance dans un poste opérationnel ou fonctionnel.

Avec un deal flow de plus de 1000 entreprises par an (15% d’entreprises françaises), l’EBA est aux premières loges pour mesurer les besoins en ressources humaines des sociétés de son réseau mondial et tout particulièrement de la quarantaine d’entreprises en accélération (objectif 2014). Au total, ce sont plusieurs centaines de postes à pourvoir. Un réservoir à alimenter avec des profils de cadres et de dirigeants en transition ou en reconversion professionnelle. De futurs associés, co-fondateurs ou créateurs qui ont une expérience des hommes et des structures ; une expertise approfondie d’un ou plusieurs secteurs d’activité, un savoir faire, du recul, des réseaux professionnels et personnels denses et spécialisés. Et souvent, des disponibilités financières qui peuvent constituer autant de capitaux d’amorçage pour leur future entreprise ou celle qu’ils veulent intégrer. Encore faut-il disposer au préalable des moyens et des appuis permettant de surmonter le deuil lié aux profondes remises en cause psychiques et professionnelles générées par une rupture ou par le souhait de se réorienter. La nécessité d’un accompagnement robuste et efficace, tant sur le plan méthodologique que psychologique, est indispensable, sous réserve d’être adapté, de qualité et circonscrit dans le temps.

L’objectif est clair et simple : prendre un recul efficace et rapide sur sa carrière. Conduire son processus de reconversion dans une dynamique entrepreneuriale. Aligner son projet selon ses aspirations, ses motivations, ses compétences. Faire le deuil d’une rupture professionnelle ou anticiper un changement de trajectoire de carrière. Se donner les moyens d’une reconversion efficace, directe et pragmatique, qu’il s’agisse de créer ou de reprendre une entreprise, d’intégrer ou de cofonder une startup dans un poste opérationnel ou fonctionnel. Où tout simplement – si l’on n’est pas fait pour l’entrepreneuriat – se mettre en visibilité auprès du réseau mondial de l’EBA (entrepreneurs, investisseurs, chasseurs de tête). Il s’agit bien de valoriser son potentiel de reconversion en se renforçant dans la conviction que l’intégration d’une startup ou d’une entreprise de croissance peuvent constituer l’une des meilleures options de transition.

Une méthodologie et des moyens conséquents

Quelques chiffres pour s’en convaincre.

Côté méthodologie : l’accélération est de mise avec 1 mois de programme intensif sur mesure (4 semaines à plein temps ou modulables si l’on est en poste) intégrant bilan de compétences axé sur ses aptitudes entrepreneuriales et surtout consolidation de son projet selon trois perspectives : co-fondation / Intégration d’un poste opérationnel ou fonctionnel dans une startup ou une entreprise de croissance, création ou reprise d’une startup, mise en visibilité.
Outre son caractère intensif, la qualité et l’efficacité du programme tient au rythme qu’il imprime à ses participants, limitant l’effet de rupture avec l’emploi précédant : 20 « daily reviews » des actions co-pilotées avec un coach dédié (mises en situation, « pitchs » présentations et benchmarks avec les autres participants), 1 session hebdomadaire individuelle de coaching complétée par des travaux de groupe (effectif moyen de 10 personnes) et une dizaine d’évènements « startups & growth companies staffing » par an destinés à mettre en relation directe entreprises et cadres, en d’autres termes recruteurs et recrutés potentiels.

Côté ressources dédiées : 2 experts en coaching ressources humaines, 10 mentors entrepreneurs-investisseurs disposant d’une triple expérience grands groupes, startups et capital investissement et un réseau mondial de 200 entrepreneurs-investisseurs.

Côté outils : 10 modules méthodologiques intégrant des tests, 10 modules entrepreneurship pour valider vos éventuelles aptitudes à créer ou reprendre une entreprise, près de 2.000 « business benchmarks » en ligne, un espace de co-working de 200 m2 à proximité de La Bourse au cœur de Paris.
Et surtout, un véritable service de qualification-contact des candidats assorti d’outils performants d’évaluation comportementale en individuel ou en équipe (l’une des principales sources d’erreur de recrutement).

Côté tarif : 4.000 € HT, pouvant être pris en charge par le DIF, 6.000 € HT en cas de prise en charge par l’entreprise. A comparer avec le coût moyen d’un bilan de compétences ou d’une formation en leadership ou plus largement le coût de 6 mois de recherche pour un cadre (estimés à 70.000 € en moyenne).

Accès privilégié à un mentoring d’excellence, méthodologie d’excellence, réseau mondial très ciblé ; il s’agit bien d’une autre manière de répondre aux trois priorités des cadres ou dirigeants en phase de transition : connexion à un réseau actif et puissant pour l’accès à des opportunités d’emplois, soutien psychologique et pratique dans la conduite du processus de transition-reconversion, rapidité et efficacité dans la méthode (voir Les Echos – L’outplacement tient-il ses promesses ? Retour de l’expérience américaine et Cadres en transition : cinq bonnes raisons d’entreprendre.

Gilles Bouchard
Louis Catala